» Article de 27.04.2017

Georges Duby - Des sociétés médiévales


Georges Duby (Paris, 1919 - Aix-en-Provence, 1996), professeur au Collège de France, membre de l'Académie française, fut de ceux à qui le renouvellement des études médiévales doit le plus. S'intéressant tour à tour aux réalités économiques, aux structures sociales et aux systèmes de représentations, il fut notamment l'auteur de Guerriers et paysans, Les trois ordres ou L'imaginaire du féodalisme, Le chevalier, la femme et le prêtre, Guillaume le Maréchal, Le temps des cathédrales, Saint Bernard L'art cistercien, Dames du XIIe siècle.

Ce titre est le contenu de la Leçon inaugurale de l'auteur au collège de France.



Georges Duby - Le chevalier, la femme et le prêtre


Le mariage était-il différent aux siècles passés? Dans Le Chevalier, la femme et le prêtre, Georges Duby étudie les liens du mariage au moment où ils connaissent une crise importante illustrée par l'excommunication du roi de France Philippe Ier pour cause de bigamie en 1095. La condamnation par le Pape d'une situation conjugale jugée scandaleuse illustre la tension que connaît alors l'institution matrimoniale prise dans un étau entre deux théories, celle des clercs et celle des chevaliers. Du XIe au XIIIe siècle, Georges Duby examine l'évolution du mariage dans les milieux de la noblesse en suivant la théorie ecclésiastique, les discours littéraires et les généalogies. L'Église et les guerriers entrent de concert dans la voie du compromis et d'une nouvelle morale matrimoniale.

C'est bien au coeur du Moyen Âge que sont élaborées les règles d'une conjugalité dont la société contemporaine gère encore l'héritage. Une démonstration limpide menée par l'un des plus grands spécialistes de la période médiévale.



Georges Duby - L'an Mil

A l'an Mil romantique, antithèse apocalyptique de la Renaissance, l'école historique française oppose un An Mil appelé à devenir classique : tournant majeur où s'opère, dans l'attente de la fin du monde, la passage d'une religion rituelle et liturgique à un christianisme d'action. Richer, Gerbert, Helgaud, Adémar de Chabannes et Raoul Glaber ne sont ici traités qu'en témoins d'une conversion psychologique et mentale. De Charlemagne et Cluny aux pèlerins de Saint-Jacques et du Saint-Sépulcre, aux croisés bientôt : temps d'espoir et de crainte, millénaire de l'incarnation que les contemporains vécurent comme la promesse d'une nouvelle Alliance, un nouveau printemps du monde.



Robert Fossier - L'Occident médiéval Ve-XIIIe siècle


L'Europe actuelle repose largement sur l'héritage du millénaire médiéval. La prise de possession du sol par l'homme, les premières manifestations de son contrôle sur les forces naturelles, le triomphe définitif du couple, la mise en place des strucures mentales, artistiques et intellectuelles que nous connaissons toujours, sont de ces temps. Cette naissance de l'Europe ne s'est pas accomplie sans compromis. Durant cinq siècles, de 400 à 900, la fusion entre la civilisation gréco-romaine et le monde des peuples du Nord fut lente et difficile ; et il ne s'agit en rien d'une période de " décadence " ou de " recul ", mais d'une enfance du monde " chrétien " dont la belle tentative de synthèse carolingienne habite encore nos esprits. Après cette période, il faut encore quatre autres siècles pour que s'édifie le monde occidental médiéval, celui des seigneurs et des rois, des gras labours et des riches marchands,des églises romanes, puis gothiques. Non sans qu'apparaissent les premiers signes de tensions, au moins sociales et économiques, dont l'accèIération marquera la période suivante, toujours " médiévale " mais qui est la base d'une nouvelle époque " moderne " de la conquête du monde par les Européens.



Georges Duby - Le dimanche de Bouvines


Ce dimanche-là, dans la plaine de Bouvines, le roi de France Philippe-Auguste avait affronté malgré lui la coalition redoutable de l'empereur Otton, du comte de Flandre Ferrand et du comte de Boulogne Renaud ; il était, grâce à Dieu, resté le soir maître du champ. L'empereur avait détalé ; les deux comtes rebelles étaient pris. Victoire, comme on l'a dit et répété, fondatrice : les assises de la monarchie française en furent décidément raffermies. Une bataille. Un événement. Ponctuel. Retentissant.


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 20
Retour     Suivant

Inscription

Groupe D'utilisateurs


Bienvenue

Votre Identifiant:

Votre Mot De Pass:


Inscription
mot de pass oublie?

Zone Calendrier

Zone Publicité

Zone Compteur

Flag Counter

A lire

Zone-ebook n'héberge aucun fichier. La loi française vous autorise à télécharger un fichier seulement si vous en possedez l'original. Ni toptoysgames.com, ni nos hébergeurs, ni personne ne pourront êtres tenu responsables d'une mauvaise utilisation de ce site.

Aimez Vous Ce Site ?

    Publicité